Le GSF B veut poursuivre son aventure

Auteurs d'un exploit le week-end dernier face à Périgueux, les Figeacois rencontreront Poitiers demain en quart de finale du championnat de France d'Excellence B./ Photo DDM, Jean-Claude Boyer.

Après leur exploit face à Périgueux, les jeunes Figeacois de l’équipe 2 se rendront demain à Saint-Léonard-de-Noblat, pour affronter le Stade Poitevin dans un quart de finale du championnat de France que l’on espère palpitant.

Dans sa première phase de championnat, Poitiers 1 à l’instar du GSF ne s’est pas qualifié, terminant 7e de la poule 8, dominée par Gujan-Mestras. De son côté, l’équipe 2 termine à la 4e place de la même poule avec 74 points, loin derrière Floirac 93 points, Gujan-Mestras 86 et Mérignac 77. Autant de clubs éliminés aujourd’hui.

Qualification en poche, les Poitevins ont atomisé Plouzané (32-0) en 32e, battu Belvès (28-14) en 16e, et corrigé Mérignac (35-3) en 8e. Net et sans bavure.

La comparaison avec les Figeacois est assez paradoxale, dans la mesure où si Figeac a gagné 19 de ses 22 matchs de phase de classement, ne subissant que deux défaites et un nul, Poitiers n’en a remporté que 16, et perdu six fois. Mais les Poitevins ont marqué 107 essais et récolté 10 points de bonus, alors que les Figeacois n’ont pointé en but que 43 fois et ne prenant que 5 points de bonus.

Que faut-il en déduire ? Rien si ce n’est que cette formation joue très libérée ses phases finales, et qu’elle devrait être un rugueux adversaire pour les Figeacois. Mais ceux-ci ont tellement renversé de montagnes depuis le début de la saison, que nous savons qu’ils seront à la hauteur, avec leur redoutable envie collective. Quelques pages de leur aventure restent encore à écrire.

Valentin Vernière : «Notre force est notre collectif»

Valentin Verniere, deuxième ligne et capitaine du GSF B./ Photo DDM, JCB

Dimanche dernier face à Périgueux, Valentin Vernière, deuxième ligne et capitaine du GSF B a su mener ses partenaires à la victoire. Dimanche 10 juin en quart de finale du championnat de France d’Excellence B, sur le stade de Saint-Léonard-de-Noblat, face à Poitiers, un nouveau combat d’une autre intensité, attend les «Rouge et Noirs». Rencontre avec le jeune meneur d’hommes.

Quel était votre sentiment dimanche dernier au coup de sifflet final, après la victoire face aux Périgourdins ?

Un vrai sentiment de fierté. J’étais fier de ce groupe qui n’avait jamais paniqué, mais s’était construit lui-même sa victoire. Personnellement, c’est la première que je joue devant un public aussi chaud. Sur le terrain, nous entendions parfaitement les encouragements qui nous ont littéralement transcendés. C’est une énorme impression qui nous a permis de nous dépasser pour donner le meilleur de nous-mêmes.

Pensiez-vous vivre cette aventure en début de saison ?

Je crois que si quelqu’un nous l’avait prédit, nous aurions signé sans hésiter ou bien éclaté de rire. Mais au fil des matchs, notamment lors de la phase retour, nous avons enchaîné les victoires et battu les meilleurs pour conquérir la première place. Il faut dire que depuis deux ans, nous sommes le même groupe de joueurs, pratiquement tous issus de l’école de rugby figeacoise. Nous sommes des amis, nous nous entendons très bien et prenons beaucoup de plaisir ensemble. Les coachs font des choix, il y a des roulements, de la concurrence, mais elle est acceptée car elle est saine.

Que savez-vous de Poitiers votre prochain adversaire ?

C’est un gros morceau, qui a l’air au complet d’autant que la une ne joue plus, avec quelques éléments majeurs dont un ancien n° 10 comme chef d’orchestre. Il faudra l’empêcher de nous «amuser».

Et chez vous, quelle est votre force ?

Incontestablement notre collectif où tout le monde est concerné. Nous n’avons pas de star, mais deux ou trois anciens qui nous apportent leur expérience. Mais surtout, nous ne lâchons rien. Même menés au score, nous ne nous affolons pas et trouvons les ressources nécessaires pour nous surpasser et l’emporter. J’espère que ce sera encore le cas dimanche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *