Un GSF à bout de souffle

Un GSF à bout de souffle

Le commentaire : Il est vraiment temps que la saison se termine pour le GSF qui s’est montré dimanche sans ressort et sans envie, totalement dépassé dans le jeu face à des Gourdonnais qui savent ce que le combat veut dire. Il n’y a pas eu de hold-up sur la pelouse du Calvaire. Le jeu des Figeacois était trop pauvre et les Bourians n’ont eu qu’à se baisser pour décrocher une victoire que les locaux ne leur ont que rarement contestée.

D’entrée de match on a vite compris que les choses ne seraient pas faciles pour les hommes du président Landes. Faute de main, pertes de balles, manque d’agressivité, mauvais choix, chacun y allait de sa bévue pour le plus grand plaisir des visiteurs qui n’en espéraient pas temps. Il est significatif que les deux essais gourdonnais, fort beaux au demeurant, aient été marqués après des attaques figeacoises où le dernier porteur tombait le ballon. Et c’est miracle qu’un troisième de même facture ne se soit pas ajouté au score.

Le film de la rencontre : Ce sont les visiteurs qui démarraient la rencontre pied au plancher, mais une belle attaque figeacoise amenait les locaux dans leurs 22 mètres. Première munition perdue, et début du festival d’erreurs locales. Les Gourdonnais, que l’on sentait libérés, ouvraient le score sur pénalité, avant qu’une autre perte de ballon des locaux se termine dans leur en-but après une déferlante des lignes arrières bourianes. 10 à 0 pour les visiteurs et ce n’était pas cher payé, d’autant que Gumez passait une pénalité peu avant la pause : 10 à 3.

La mi-temps ne changeait rien au scénario puisque moins de 10 minutes plus tard, sur une nouvelle balle perdue par les locaux, la cavalerie gourdonnaise remettait ça pour un nouvel essai sous les poteaux.17 à 3, puis 23 à 3 après deux nouvelles pénalités. La rébellion d’Alvarez aplatissant en force un essai en coin ne changeait rien au score, la victoire s’était envolée depuis longtemps.

Et maintenant : Cette fois c’est certain, il n’y aura pas de qualification pour le GSF qui finira sa saison dimanche 22 avril à Arpajon. Espérons que les «Rouge et Noirs» auront au moins à cœur de la finir de belle manière.


Figeac 10 — Gourdon 23

MT : 3-10. Arbitre : Guillaume Ferrer (Auvergne).

Pour Gourdon : 2 E : Lalande (27e) Adenot (48e). 2T, 2P (13e, 57e) Cabianca. 1P (73e) Balat. Carton rouge : Barbes (69e). Cartons blancs : Labrande (40e).

Pour Figeac : 1 E Alvarez (75e). 1T, 1P (40e) Gumez. Carton rouge Nigou (69e). Carton jaune Reydy (73e).

Gourdon : Gibrat, Loupias, Bois, Durosier, Troclet, Labrande, Adenot, Vincent, Salanié, Lalande, Sarrère, Lavernhe, Genesson, T.Bancourt, Cabianca. Sont rentrés : Bordes, Zanatta, Fernandez, Besses, Balat, Barbes, H.Bancourt.

Figeac : C. Lafragette, Nigou, Lovato, Delmas, Fiches, Bertout, Reydy, Ciorascu, Lacan, Gumez, Desforges, Pardina, Lafon, Viazac, Correia. Sont rentrés : Sourzat, Penaranda, Le Cam, F.Lafragette, Porier, Alvarez, Petit.


Réactions

Denis Decas, responsable du Pôle Jeunes du GSF : «C’est vraiment décevant et l’on voit que depuis la défaite face à Guéret, un ressort s’est cassé. On sent que le doute s’est installé dans le groupe, qui ne trouve plus de solution. Ce n’est pas la faute à la jeunesse du groupe, et sans vouloir tout remettre en cause tout ce qui a été fait, il faut avouer que les résultats ne sont pas bons. Nous n’arrivons pas à reproduire le beau jeu que nous faisons la saison dernière, avec pratiquement le même effectif. Peut-être touche-t-on les limites de ce que nous pouvons produire ? On a l’impression que certains ont du mal à comprendre ou que le discours passe mal. Il faut régler ce qui doit l’être dans le vestiaire, et tenter de finir la saison convenablement. Ensuite il faut préparer l’avenir, et pour cela le comité directeur devra trouver les bons ressorts afin de repartir du bon pied. Heureusement notre équipe réserve en tête de la poule nous donne de belles satisfactions. Elle a depuis longtemps accroché sa qualification, et participera aux phases finales.»

Vincent Troclet, 2e ligne de Gourdon : «C’est une victoire qui nous fait beaucoup de bien et concrétise tout le travail que nous faisons à l’entraînement. Elle récompense aussi l’esprit et la vie du groupe. Aujourd’hui nous avons su trouver les armes pour faire déjouer les Figeacois, en ouvrant le score et en prenant le large en première mi-temps. Ce succès nous permet d’espérer pour la fin de la saison où deux déplacements nous attendent, à Clermont-la-Plaine et Saint-Cernin, et nous allons essayer de continuer sur notre lancée pour aller chercher deux victoires supplémentaires.»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *